Inclure l’alimentation dans les Contrats des Quartiers Prioritaires de la Ville : Terres en villes impliqué dans les travaux de la fabrique prospective.

Les quartiers prioritaires de la Ville (QPV) sont identifiés par un critère unique : la part de la population ayant un revenu inférieur à 11 250 euros par an. Ils sont l’un des principaux outils de la politique de la Ville concourant à l’objectif de « Réduire les écarts de développement au sein des villes pour restaurer l’égalité républicaine ». Ce sont ainsi 1 514 Quartiers prioritaires de la Ville situés dans 859 communes en France métropolitaine et en outre-mer qui bénéficient de cette politique qui concerne 5,5 Millions d’habitants pour la période 2014 – 2022.

En vue de préparer la nouvelle période, l’Agence Nationale de la cohésion des Territoires (ANCT) a lancé, début 2021, une Fabrique Prospective qui a pour mission de travailler pendant près d’un an jusqu’en juillet 2022, sur la problématique « Comment renforcer l’accessibilité à une alimentation durable et de qualité pour tou∙te∙s dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville ? ». Cette Fabrique, conduite en lien étroit avec le programme « Cadre de vie, logement, mobilités, tranquillité publique » de la DGD Politique de la Ville a pour mission d’accompagner 4 territoires (3 intercommunalités en France métropolitaine et une commune d’outremer) dans l’identification de pistes d’action pour renforcer l’accessibilité à une alimentation durable et de qualité des habitant∙e∙s de l’un de leurs QPV :

  • QPV du Vieux Saint Ouen – Saint Ouen / Plaine Commune
  • QPV Basseau-Grande Garenne -Angoulême / Grand Angoulême
  • QPV La Calade Campagne Lévêque/ Quartier Saint Louis –Marseille / Métropole Aix-Marseille Provence
  • QPV de Cayenne -Butor -Les Quais -Saint-Joseph (La Réunion)

Parmi les attendus de cette Fabrique figure la production d’une note transversale accompagnée de pistes d’évolutions législatives, réglementaires ou de politiques publiques, pour réinterroger le dispositif de la politique de la Ville et la place de l’alimentation dans ce dispositif. Ainsi, l’ANCT a choisi d’impliquer Terres en villes dans ce processus, aux côtés d’autres réseaux nationaux.

4 grands types de leviers sont ressorties sur les 4 sites comme au cœur des préoccupations des acteurs :

  • Nécessité de diversifier l’offre alimentaire dans les quartiers;
  • Soutien à la création économique ou associatives autour de l’alimentation;
  • Lutte contre la précarité alimentaire;
  • Sensibilisation et éducation à l’alimentation des habitants;
  • Déplacement des personnes, aménagement ouverture des quartiers vers l’extérieur.

On retrouve également en commun à ces territoires, la difficulté de faire le lien entre les actions au sein du QPV et les actions du PAT. Ceux-ci sont portés le plus souvent par les intercommunalités mais peuvent aussi l’être par les départements qui ont la compétence « solidarité ».

Les avancées de la fabrique prospective viendront alimenter le travail mené par Terres en villes sur la question de la démocratie alimentaire et de la place des habitants dans les orientations des politiques alimentaires territoriales dont les résultats finaux sont attendus pour l’automne.