Nantes Métropole avait montré l’exemple en 2016 pour l’élaboration de son PAT. La Métropole Aix Marseille Provence avait suivi en sollicitant le réseau pour l’aider à rédiger sa candidature à l’appel à projet PNA. Puis la  Communauté d’Agglomération du Douaisis s’est entourée  fin 2017 des conseils du réseau pour l’aider à assurer la cohérence entre ses différentes politiques agricoles et alimentaires alors que la Multipole Sud-Lorraine sollicitait un appui pour piloter et animer l’étude lancée dans le cadre du PAT.

Dernièrement, la Métropole Européenne Lilloise (MEL) a chargé Terres en villes de l’aider à élaborer son PAT en collaboration avec le Centre d’Étude et de Recherche sur le Développement Durable (CERDD) des Hauts de France.

Pour ses 50 ans, la MEL et ses partenaires de la chambre d’agriculture, d’Euralimentaire, d’APro Bio… ont tenu marché dimanche dernier sur le parvis de la Métropole. Le 1er marché de la MEL pour une belle réussite.

Ce fut l’occasion de parler PAT et d’échanger avec les visiteurs sur leurs priorités en matière d’alimentation. Ils furent aussi questionnés sur les spécificités de l’alimentation lilloise, ses qualités à développer et la manière de s’y prendre, histoire de bien faire valoir la dimension culturelle locale dans la PAT. En parallèle, la MEL a lancé une grande concertation numérique.

Les réponses et le pré diagnostic ouvriront les travaux du groupe multi acteurs de juin, du groupe des acteurs économiques en septembre puis le forum ouvert multi-acteurs de l’Automne. Le choix d’actions pilote crédibilisera une démarche participative qui combine opérationnalité et réflexions stratégiques.

Grenoble Alpes Métropole s’est également attaché les services du réseau pour aider la métropole et ses partenaires (la communauté d’agglomération du Pays voironnais, la communauté de communes du Grésivaudan et les deux parcs naturels régionaux de Chartreuse et du Vercors) à faire labelliser comme PAT leur stratégie agricole et alimentaire inter territoriale.

Enfin le Grand Dijon a aussi approché le réseau alors que le Grand Besançon a proposé  à Terres en villes de participer à sa réponse à l’appel à projet européen Urban Innovative Actions.

Autant de preuves de l’attractivité de la capacité d’expertise du réseau et autant d’occasions de « se frotter » au terrain.